Mercato : Un média espagnol répond sèchement à Al-Khelaïfi

2

Dans une interview accordée au journal espagnol Marca, Nasser Al-Khelaïfi a ouvertement mis en garde le Real Madrid, qui fait la cour directement à Neymar depuis plusieurs mois. Dans son édition de ce samedi, le même média ibérique a tenu à répondre au président du PSG concernant ses critiques à son homologue Florentino Pérez.

Marca rappelle les dossiers Neymar, Rakitic et Filipe Luis à Al-Khelaïfi

« C’est un peu agaçant. Cela ne nous plaît pas du tout et nous en avons parlé avec le Real Madrid. Nous avons une bonne relation. Ils respectent le PSG, j’espère que c’est vrai. Nous, nous respectons le Real Madrid et son président, Florentino Pérez, mais il est important pour tous de ne pas travailler caché dans les coulisses […] C’est ce que nous attendons de tous les clubs, pas seulement du Real Madrid », a déclarait vendredi Nasser Al-Khelaïfi à propos des contacts réguliers du Real Madrid avec le clan Neymar.

Pour José Félix Díaz, journaliste espagnol responsable de la section Real Madrid au quotidien Marca, le président parisien est très mal placé pour critiquer Florentino Pérez puisqu’il a lui-même usé de la même stratégie pour arracher Neymar au FC Barcelone en 2017 et qu’il a récemment récidivé avec Ivan Rakitic, ainsi qu’avec le défenseur de l’Atlético Madrid, Filipe Luis.

« Le président du PSG a voulu envoyer un message direct et fort au reste du monde du football, mais surtout au Real Madrid. Il a le droit de prévenir de ce qui peut arriver à quiconque oserait approcher un de ses joueurs, mais dans ce discours, il oublie ce que son équipe a fait la saison dernière avec Neymar ou ce qui a été tenté cet été avec des joueurs comme Rakitic, Filipe Luis, Pogba ou Kanté », commente Félix Díaz dans les colonnes de son organe, avant d’évoquer la menace du Fair-Play Financier pour le PSG.

« Le club qui siège à Paris, mais dont la structure entrepreneuriale et économique est au Qatar, profite d’une santé financière privilégiée. L’UEFA sera celui qui devra dire s’il respecte le fameux Fair-Play Financier, ou pas. Mais Al-Khelaïfi doit entendre que cet argent et cette position dominante ne doivent pas aboutir à des règles unilatérales. Il n’aime pas qu’on touche aux siens, mais eux peuvent le faire avec les autres… Curieux », lâche-t-il.



La Suite & Source

vous pourriez aussi aimer