Étoile Rouge : Paul Le Guen valide les soupçons de trucage.

3

Une mise de 5 M€ sur une victoire du PSG face à l’Étoile Rouge de Belgrade avec 5 buts d’écart et empocher un joli pactole d’une dizaine de millions d’euros, voilà la corruption qu’aurait organisé un dirigeant du club serbe, en complicité avec certains joueurs. Ancien joueur et entraîneur de l’écurie parisienne, Paul Le Guen ne trouve pas totalement insensée la bombe lâchée par le journal L’Equipe.

Paul Le Guen : « on avait été frappé par la faiblesse de l’équipe serbe. »

Le festival offensif du Paris Saint-Germain face à l’Étoile Rouge de Belgrade (6-1), le 3 octobre dernier au Parc des Princes, lors de la deuxième journée des phases de poules de la Ligue des Champions, cachait peut-être une vaste opération de corruption orchestrée par un dirigeant de l’équipe serbe.

D’après les révélations du quotidien L’Equipe, les autorités françaises auraient ouvert une enquête après une alerte de l’UEFA avant même la rencontre. Selon l’instance européenne, un dirigeant de l’Étoile Rouge aurait parié près de 5 millions d’euros sur une défaite de son équipe par cinq buts d’écart. De graves soupçons de trucage qui éclaboussent également le Champion de France et son président Nasser Al-Khelaïfi.

Présent sur le plateau de la Chaîne L’Equipe, Paul Le Guen a avoué ne pas en savoir plus sur cette affaire, mais assure avoir été frappé par la faiblesse affichée ce soir-là par le Champion serbe qui était pourtant sur une dynamique de 37 matchs sans aucune défaite durant cette année.

« Je n’en sais pas plus, mais nous étions sur le plateau de cette chaîne lors de ce match et on avait été frappé par la faiblesse de l’équipe de l’Étoile Rouge de Belgrade. On ne comprenait pas. Et le lendemain j’avais lu que cette équipe était invaincue depuis 37 matchs, cette même équipe qui avait perdu 6-1 et qui pouvait en prendre 15 au Parc. C’était juste très étonnant. Après je n’y connais rien. Le PSG avait frappé au but 35 fois, ce sont des scores jamais atteints », a expliqué le coach de 54 ans.



La Suite & Source

vous pourriez aussi aimer