Ligue 1, le directeur de la LFP répond à Aulas pour le PSG.

5

Jean-Michel Aulas s’est à nouveau plaint du modèle économique du PSG, qui selon lui crée une concurrence déloyale en Ligue 1. Le président de l’OL a alors rappelé la justesse des actions de l’UEFA contre l’écurie de Nasser Al-Khelaïfi concernant le Fair-Play Financier. Didier Quillot, directeur général exécutif de la LFP, s’est exprimé sur la domination des Rouges et Bleus en France.

Didier Quillot à Aulas : « Le PSG est la vitrine de notre championnat ».

« Le budget du PSG est plutôt de 800 M€. On progresse très vite, mais l’écart avec le PSG progresse plus vite que notre chiffre d’affaires. C’est ça qu’il faut réguler, ce que l’UEFA s’efforce de faire de manière pertinente. On voit en Ligue 1 que quand on ne sait pas réguler un championnat de manière efficace, on a un champion qui bouffe tout, la lutte se limite aux places derrière lui.

Nous arrivons à être performants et économiquement viables, ce qui n’est pas le cas du PSG qui consomme 300 M€ de recettes d’état », a récemment confié Jean-Michel Aulas au journal Le Figaro.

Cependant, Didier Quillot assure que la super puissance du Paris Saint-Germain n’a aucun effet négatif sur la santé du football français. Bien au contraire. « Le PSG est la vitrine de notre Championnat pour son développement international. Et aussi pour augmenter l’audience. […] L’impact économique du PSG sur la Ligue 1 est énorme en termes de création de revenus et d’exposition de la marque Ligue 1 », a expliqué le directeur de la Ligue de Football Professionnel.

« Le suspense ? En Allemagne, vous savez que ce sera le Bayern le champion. En Italie, vous savez dès le premier jour que ce sera la Juventus. L’Espagne, ce sera soit le Real, soit le Barça. La France, c’est le PSG. Les gens aiment les stars.Le PSG est une constellation d’étoiles que les gens aiment voir. À ce jour, la domination du PSG n’a aucune incidence négative sur notre matrice économique », a-t-il poursuivi.



La Suite & Source

vous pourriez aussi aimer