A place where you need to follow for what happening in world cup

Du rêve à la réalité, le bilan du début de saison des Champions du Monde

38

Ils font une très bonne première partie de saison :

- Kylian Mbappé (Paris Saint-Germain) : le natif de Bondy est revenu dans la capitale pour endosser un costume de leader. Meilleur buteur de Ligue 1 avec 13 buts en seulement 12 rencontres, Mbappé est devenu l’atout numéro un du PSG. Plus tueur que l’année passée au même stade de la saison (12 buts toutes compétitions confondues contre 16 cette saison), le numéro 7 parisien est décisif toutes les 56 minutes avec le club de la capitale (buts et passes décisives confondues). Un ratio hallucinant pour celui qui vient d’avoir 20 ans.

- Antoine Griezmann (Atlético de Madrid) : co-meilleur buteur de l’équipe de France en Russie cet été, l’attaquant des Colchoneros surfe sur une vague positive depuis son retour sur les terrains de Liga. Buteur à 11 reprises depuis le début de la saison, Griezmann fait également briller ses partenaires avec 5 passes décisives en championnat. Leader de l’Atlético de Madrid, le numéro 7 continue de prendre de l’importance sous les ordres de Diego Simeone. Et pourtant, Griezmann n’a terminé que 3e du Ballon d’Or. Frustrant pour le Colchonero.

- Blaise Matuidi (Juventus) : il a contrôlé le terrain cet été, et il continue de le faire depuis son retour sur les terrains de Serie A. L’ancien milieu de terrain du Paris Saint-Germain est dans la forme de sa vie avec la Juventus, où il est devenu un titulaire quasiment indiscutable (21 matches, 2 buts). Matuidi continue de faire parler un volume de jeu incroyable, où il se projette de plus en plus et où il n’hésite pas à tenter sa chance. Le média transalpin Tuttosport le surnommait d’ailleurs : « l’inépuisable ».

- Lucas Hernandez (Atlético de Madrid) : le latéral gauche français est devenu l’un des hommes forts du côté de la capitale espagnole. Titulaire à 9 reprises cette saison, il a malgré tout connu une première partie d’exercice 2018-2019 marquée par plusieurs absences à cause de blessures. Cependant, lorsqu’il a été aligné, il a justifié la confiance de son coach par de bonnes performances dans son couloir, où il ne cesse d’amener le danger avec sa patte gauche. Des performances de haut niveau qui pousserait le Bayern Munich a s’intéresser à son cas.

Ils font une première partie de saison correcte :

- Ousmane Dembélé (FC Barcelone) : c’est sûrement l’un des champions du monde dont on aura le plus entendu parler ces derniers mois. L’ailier du FC Barcelone a énormément fait parler pour ses problèmes comportementaux, et notamment ses retards. Sur le terrain, il a mis du temps mais une fois la machine lancée, Ousmane Dembélé est inarrêtable. Auteur de 10 buts depuis son retour sur les terrains espagnols, l’ancien joueur du Stade Rennais s’impose désormais comme un titulaire en puissance.

- N’Golo Kanté (Chelsea) : s’il est petit, gentil et qu’il a bouffé Léo Messi, N’Golo Kanté a commencé la saison de la meilleure des façons sous les ordres de Maurizio Sarri. Seulement, au fur et à mesure de l’avancée de l’exercice 2018-2019, le technicien italien a replacé l’international français en position de milieu relayeur, l’obligeant à abandonner son rôle de sentinelle au profit de Jorginho. Et l’ancien joueur du Stade Malherbe de Caen a montré quelques difficultés, malgré un volume de jeu toujours aussi impressionnant. Rien d’alarmant pour Chelsea et l’ancien de Suresnes cependant.

- Hugo Lloris (Tottenham) : le capitaine français en Russie, devenu le portier le plus victorieux de l’histoire des Bleus avec 62 succès sous les couleurs tricolores, a connu un début de saison compliqué, marqué par quelques tracas personnels (à l’image d’un contrôle positif d’alcoolémie au volant). En Ligue des Champions, son erreur et son expulsion face au PSV l’ont également mis en difficulté. Seulement, depuis ses soucis personnels, Lloris est revenu au plus haut niveau et il est le dernier rempart de la quatrième meilleure défense de Premier League (18 buts encaissés en 19 matches).

- Nabil Fekir (Olympique Lyonnais) : le capitaine de l’Olympique Lyonnais a connu quelques blessures depuis son retour en club, mais cela ne l’a pas empêché de réaliser de grosses performances sous le maillot lyonnais. Auteur de 7 buts toutes compétitions confondues cette saison, le numéro 18 de l’OL influe sur le jeu offensif des Gones et sait se montrer décisif, à l’image de son but contre le Shakhtar lors de la dernière journée de la phase de poule de la Ligue des Champions, synonyme de qualification pour les huitièmes de finale où l’OL défiera le FC Barcelone.

- Alphonse Areola (Paris Saint-Germain) : l’arrivée de Gianluigi Buffon aurait pu mettre en difficulté le troisième gardien des Bleus. Mais finalement, le Parisien a trouvé son équilibre, alternant avec l’expérimenté portier italien dans les cages franciliennes. Récemment prolongé par le Paris Saint-Germain jusqu’en 2023, Areola profite de l’expérience de son coéquipier, comme il l’a expliqué après sa prolongation. « Pour l’instant, je suis satisfait de ce qui se passe et surtout de mon entente avec Gigi. Ça a été mon idole et ça l’est toujours », a ainsi déclaré le portier français. Titulaire à 13 reprises cette saison avec le PSG, Areola a encaissé 12 buts.

- Florian Thauvin (Olympique de Marseille) : l’ailier droit marseillais est revenu en Ligue 1 à grands pas. Buteur lors des deux premières journées, l’ancien joueur de Bastia totalise 13 buts toutes compétitions confondues. Seulement, ce sont ses performances face aux grosses écuries qui lui sont toujours reprochées (1 but face au top 4 du championnat). Seule éclaircie du début de saison compliqué de l’Olympique de Marseille, Florian Thauvin tente de sonner la révolte et est impliqué sur 18 buts en 19 matches depuis son retour de Russie avec l’OM. Suffisant pour signer prochainement dans un grand club européen ?

Ils font une première partie de saison moyenne :

- Raphaël Varane (Real Madrid) : il était l’un des favoris pour remporter le Ballon d’Or. Seulement, le défenseur français ne réalise pas un début de saison à la hauteur de sa Coupe du Monde. En effet, ses performances avec le Real Madrid sont bien loin de celles de la saison dernière, à l’image de son association avec Sergio Ramos qui est moins efficace que l’année passée (0,9 but encaissé avec Varane cette année contre 0,7 l’année dernière). Des difficultés sûrement expliquées par celles du Real Madrid.

- Benjamin Mendy (Manchester City) : revenu du Mondial avec de grandes ambitions, l’ancien latéral de l’Olympique de Marseille a une nouvelle fois été gêné par des blessures, lors du mois de septembre et depuis la mi-novembre. Si sur ses performances, Benjamin Mendy affiche un niveau de jeu satisfaisant, ses blessures récurrentes laissent un goût amer en bouche. Pep Guardiola pourrait d’ailleurs recruter un latéral afin d’instaurer une concurrence et le mettre sous pression.

- Olivier Giroud (Chelsea) : critiqué pour son manque de réalisme cet été, l’attaquant des Blues n’a pas retrouvé son efficacité. Auteur de cinq petits buts avec son club depuis son retour, Olivier Giroud continue d’être en concurrence avec Alvaro Morata. Une concurrence qui l’oblige à se montrer décisif lorsqu’il joue, lui qui n’a démarré que 10 matches avec les Blues cette année. Une nouvelle période compliquée pour l’ancien buteur de Montpellier.

- Presnel Kimpembe (Paris Saint-Germain) : après avoir mis l’ambiance cet été, le titi parisien a connu un dur retour à la réalité. En grande difficulté avec les Bleus contre l’Islande et l’Allemagne, il a également connu un passage à vide en championnat avec une expulsion contre l’OL pour un mauvais geste. Seulement, depuis cet épisode, Kimpembe semble beaucoup mieux et retrouve ses marques, lui qui est devenu indiscutable depuis le repositionnement de Marquinhos au milieu de terrain.

- Thomas Lemar (Atlético de Madrid) : s’il ne s’est pas illustré en Russie, l’ancien Monégasque a rejoint les Colchoneros pour 78 M€. Rapidement intégré au groupe madrilène, Thomas Lemar a cependant un bilan assez mitigé, capable d’alterner les très bonnes prestations comme les pâles copies. Auteur de trois petits buts depuis son arrivée sous les ordres de Diego Simeone, Thomas Lemar peut faire mieux et devra rapidement le montrer, sous peine d’être relégué à une place sur le banc de touche.

- Steven Nzonzi (AS Rome) : son calme et sa sérénité avaient fait du bien lorsqu’il était rentré en finale contre la Croatie. Seulement, depuis son arrivée à la Roma, l’ancien joueur du FC Séville connaît plusieurs difficultés. Sifflé par le public lors de sa sortie contre le Real Madrid, le Français est loin de faire l’unanimité et déçoit, lui qui devait en partie remplacer Daniele De Rossi. Sa lenteur et son manque d’initiative lui sont souvent reprochés dans l’entrejeu, malgré que ce dernier soit le deuxième Romain à récupérer le plus de ballons. Mitigé.

Ils font une première partie de saison décevante :

- Paul Pogba (Manchester United) : c’est l’une des grandes déceptions de ce début de saison côté français. Le milieu de terrain des Red Devils, dont l’entente avec José Mourinho n’a jamais été cordiale, n’a pas su exploiter pleinement ses capacités. Seulement, lorsque le Portugais a été limogé, Pogba a semblé renaître, en attestent ses 2 buts et ses 2 passes décisives lors des deux premiers matches sous Ole Gunnar Solskjaer. Prometteur pour la suite de la saison.

- Steve Mandanda (Olympique de Marseille) : Doublure d’Hugo Lloris au Mondial, le portier de l’OM a connu un dur retour à la réalité avec son club. Malgré quelques bons matches, l’ancien Havrais semble atteint physiquement et n’est que l’ombre de lui-même. A 33 ans, Steve Mandanda n’a plus l’impact qu’il avait au sein du vestiaire marseillais, tandis que sur le terrain, sa lenteur sur les appuis coûte assez cher à l’OM. A l’image du club phocéen, il déçoit et voit une pluie de critiques s’abattre sur lui.

- Benjamin Pavard (Stuttgart) : auteur du plus beau but de la Coupe du Monde face à l’Argentine, le défenseur formé au LOSC vit un début de saison calvaire avec Stuttgart. Touché contre le Borussia Mönchengladbach, Benjamin Pavard a quitté les siens sur blessure après avoir marqué contre son camp. Une action assez représentative des difficultés du latéral français, qui peine à élever son niveau de jeu avec le 16e de Bundesliga. Insuffisant pour Benjamin Pavard, lui qui voit fréquemment son nom apparaître dans les pages transferts outre-Rhin…

- Adil Rami (Olympique de Marseille) : l’homme à la moustache a apporté sa bonne humeur cet été, mais le visage de son club sur le début de saison pourrait bien lui enlever le sourire. En difficulté défensivement sur le début de la saison, à l’image de son association avec Luiz Gustavo, l’ancien défenseur du FC Séville a mis beaucoup de temps à rendre des copies convenables. Souvent pris de vitesse, Adil Rami reste un des cadres du vestiaire marseillais, mais son niveau de jeu est décevant.

- Djibril Sidibé (AS Monaco) : déjà victime d’une blessure cet été en Russie, où il n’a disputé que le match contre le Danemark, l’ancien joueur du LOSC peine à retrouver son ancien niveau. En difficulté dans son couloir droit à chaque fois qu’il a été titularisé par Leonardo Jardim, Djibril Sidibé n’a connu aucune rencontre facile. Pire, il a souvent été impliqué sur des buts adverses, comme face au Paris Saint-Germain où à quatre reprises ses largesses défensives ont permis au PSG de scorer. Des difficultés associées à une blessure depuis le 24 novembre dernier.

Ils se sont blessés et n’ont pas beaucoup joué :

- Samuel Umtiti (FC Barcelone) : s’il a cassé la démarche avec les Bleus cet été, le défenseur central du club catalan n’a pas eu cette chance à son retour sur les pelouses espagnoles. S’il a joué jusqu’à fin septembre, l’ancien Lyonnais s’est ensuite blessé et a vu son début de saison tourner au cauchemar. Toujours gêné par son genou gauche, Samuel Umtiti refuse de se faire opérer et reste toujours éloigné des terrains. Il a notamment été au Qatar pour suivre un traitement proposé par le staff médical du FC Barcelone.

- Corentin Tolisso (Bayern Munich) : revenu très ambitieux après le titre obtenu en Russie, l’ancien milieu de l’Olympique Lyonnais n’a pas eu le temps de s’illustrer. En effet, après deux petites apparitions en Bundesliga et un but marqué, Corentin Tolisso s’est gravement blessé aux ligaments croisés contre le Bayer Leverkusen. Une blessure qui devrait le tenir éloigné des terrains encore trois bons mois. « Je ne veux pas qu’on me donne de date, je veux vraiment prendre mon temps », déclarait-il à ce sujet en novembre dernier.

Lien Officiel Source – Lire l’article

vous pourriez aussi aimer
in venenatis ut ut leo massa mi, Sed quis fringilla commodo