A place where you need to follow for what happening in world cup

l’Atlético de Madrid maîtrise Alavés

30

Ce samedi de Liga nous offre plusieurs rencontres intéressantes, à commencer par ce choc entre l’Atlético et Alavés. Un duel entre le troisième du championnat, à trois points du leader barcelonais, et le quatrième et révélation de la Liga. Un match de haut de tableau, pour lequel Diego Simeone devait bricoler et faire avec les moyens du bord. En l’absence de Diego Costa, c’est ainsi Kalinic qui accompagnait Antoine Griezmann à la pointe de l’attaque. Saúl Ñíguez était lui aligné en tant que latéral gauche pour faire face aux diverses blessures dans l’arrière-garde madrilène ! Du côté des Basques, Abelardo sortait une composition assez classique, avec ce redoutable duo sur les ailes – Jony et Ibai Gomez – qui porte le club de Vitoria depuis le début de saison. Et au final, les Colchoneros se sont imposés 3-0.

Le début de rencontre était plutôt équilibré, mais surtout tendu. Aucune équipe ne voulait laisser de l’espace à l’adversaire, et les deux formations se rendaient donc les coups. Très peu d’occasions ou de situations intéressantes étaient à signaler, même si les Colchoneros donnaient une sensation de maîtrise et de tranquillité certaine. Et l’ouverture du score allait bientôt arriver. Lancé sur son côté droit par Lemar, Arias adressait un amour de centre à Nikola Kalinic, qui, avec un peu de réussite puisqu’il reprenait du ventre, expédiait le cuir au fond des filets (1-0, 25e). Une joie qui allait ensuite être un peu douchée par la blessure au genou de Lucas Hernandez, remplacé par Josema Giménez (34e). Les Basques tentaient de réagir, mais se heurtaient à une équipe de l’Atlético très bien en place comme à son habitude.

Griezmann a encore frappé

Peu à peu, avec un Ibai Gomez qui donnait l’impression de s’être réveillé, les Bleu et Blanc commençaient à s’approcher de la surface, sans pour autant vraiment inquiéter Jan Oblak. Du côté de l’Atlético, on procédait maintenant en contre-attaque, avec un Antoine Griezmann constamment cherché par ses partenaires. Au retour des vestiaires, Giménez était à deux doigts de doubler la mise. Sur un corner botté par Lemar, l’Uruguayen s’élevait au-dessus de tout le monde pour reprendre de la tête, mais le ballon s’écrasait sur le poteau droit de Pacheco (48e). La première occasion des Basques était à mettre sur le compte de Borja, avec cette tête non cadrée alors qu’il était seul dans la surface (56e).

Oblak sortait lui une belle main sur cette frappe d’Ibai Gomez qui s’était envenimée après avoir été déviée (59e). Les espaces se faisaient de plus en plus nombreux en contre pour les Colchoneros, mais ces derniers n’en profitaient pas, se montrant assez imprécis dans les transmissions. Peu à peu, les Basques commençaient à regagner du terrain et à multiplier les assauts sur la surface rojiblanca. Mais là encore, les défenseurs madrilènes sortaient tous les ballons. Et sur une contre-attaque cette fois bien jouée, Antoine Griezmann allait faire le break. Vitolo lançait ainsi le Français qui s’en allait défier Pacheco. Il était rattrapé au dernier moment par Laguardia qui, d’un tacle, envoyait le ballon sur le poteau. Le cuir revenait sur le Français, qui la plaçait bien au fond des filets (2-0, 82e) ! Rodri pliait ensuite la rencontre après une frappe de Correa détournée par Pacheco (3-0, 87e). Avec cette victoire, le club madrilène, l’Atlético revient provisoirement à hauteur du leader, le Barça, avec 28 points.

Lien Officiel Source – Lire l’article

vous pourriez aussi aimer
felis vel, neque. Praesent libero. dolor Phasellus risus. libero eleifend