les vérités de Lucas Hernandez sur son avenir

36

À Madrid, c’est le sujet brûlant du moment. Le 19 décembre dernier, Marca lâchait un sacré pavé dans la mare en affirmant que le Bayern Munich allait lever la clause libératoire de 80 M€ du défenseur champion du Monde français Lucas Hernandez (22 ans) pour se l’offrir lors du prochain mercato d’hiver. Un scénario loin d’être utopique puisque les nouvelles règles de l’UEFA permettent désormais aux joueurs ayant déjà disputé la Ligue des Champions de pouvoir jouer la deuxième phase de la compétition dans un autre club qualifié.

Séduit par le profil du joueur, le Bayern pourrait donc bénéficier de l’apport solide d’Hernandez pour son huitième de finale face à Liverpool. Pour convaincre définitivement l’international tricolore de rallier la Bavière, la direction munichoise serait même disposée à lui offrir une sacrée revalorisation salariale, à savoir un chèque de 9 M€ par saison. De quoi mettre le feu chez les Rojiblancos, d’autant que les dirigeants allemands n’ont pas vraiment démenti fermement l’information lorsqu’ils ont été invités à réagir par les médias outre-Rhin.

Lucas Hernandez se sent bien à Madrid, mais…

De son côté, face à cette situation d’urgence, l’Atlético fait tout pour retenir son élément jusqu’à la fin de la saison, tout en reconnaissant l’intérêt du Bayern. « Le joueur ne peut pas quitter l’Atlético de Madrid durant ce mercato hivernal. Nous entretenons de bonnes relations avec le Bayern et nous les rencontrerons en janvier pour évaluer la situation. Si le joueur veut partir, nous en parlerons ; mais nous ne parlerons que d’un transfert en juillet », a ainsi déclaré hier le directeur général des Colchoneros, Miguel Angel Gil Marin. Et le joueur dans tout ça ? Pour la première fois, Lucas Hernandez est sorti du silence dans les colonnes du Figaro.

« Je suis très bien à Madrid et en ­Espagne, où tout le monde me fait confiance depuis longtemps. Mais, dans le football, il y a beaucoup de sollicitations, et je devrai peser à chaque fois le pour et le contre afin de prendre la meilleure décision possible pour moi, ma famille et la suite de ma carrière. (…) Il y a plein de clubs qui me font rêver en Europe, mais je ne vous dirais pas lesquels (rires). Je suis bien ici, à Madrid, mais si je dois partir demain parce qu’un projet m’intéresse, j’y penserai. » Une réponse évasive qui ne ferme toutefois pas la porte à un départ. À suivre.

Lien Officiel Source – Lire l’article

vous pourriez aussi aimer

Les commentaires sont fermés.

dictum elit. Donec dolor Sed suscipit risus. Aliquam luctus sed Nullam