French Connection : Gelson Martins, le monsieur plus de Monaco

7

Depuis qu’il est arrivé de l’Atletico en janvier, l’ailier portugais a été fréquemment décisif, jouant un rôle important dans le rebond monégasque.

Durant cinq longs mois, l’AS Monaco était englué dans les profondeurs de classement de la Ligue 1. Défaite après défaite, la formation de la Principauté s’enlisait et plongeait dans la crise. Aucun salut ne semblait possible et l’instabilité au niveau de la barre technique ne faisait qu’amplifier ce marasme.

Les Monégasques ont cependant su freiner la chute, au prix de nombreux choix forts et radicaux à l’occasion du mois de janvier. Leonardo Jardim a été rappelé à la barre technique à la place de Thierry Henry et un mercato très riche a été opéré, avec le recrutement d’une demi-douzaine de nouveaux éléments.

Et de tous ces éléments enrôlés à la mi-saison, celui sur lequel la direction a eu le plus de flair c’est indiscutablement Gelson Martins, l’ailier portugais arraché à l’Atletico Madrid.

Depuis qu’il a effectué ses débuts en demi-finale de Coupe de la Ligue face à Guingamp, ce dernier n’a cessé de séduire et aligner les bonnes prestations. Du côté de Louis II, il est déjà comme un poisson dans l’eau et les supporters monégasques se félicitent enfin de pouvoir compter sur un renfort fiable et qui se montre régulier dans ses prestations.

Gelson Martins

Il a délivré deux passes décisives dès son premier match, puis une autre lors de la victoire qui a suivi contre Toulouse. Le tout premier succès de la saison de l’ASM à domicile. Son premier but dans le championnat français est arrivé la semaine d’après contre Montpellier. Et, lors de cette partie face aux Pailladins, il a aussi été derrière la réalisation réussie par Radamel Falcao. Et, Martins ne s’est pas arrêté là. Le week-end dernier, c’est lui qui a scoré le but qui a fait la différence lors du succès contre Nantes.

Gelson Martins n’est pas le seul à avoir ramené l’ASM à la vie, mais il est certain que sans lui la formation de Leonardo Jardim ne serait pas passée de la 19e à la 16e place du classement. Et, elle ne se présenterait pas avec confiance à son rendez-vous de cette fin de semaine contre l’Olympique Lyonnais.

Tout comme son club actuel, Martins a été à la peine durant la première moitié de la saison. Parti du Sporting dans des conditions controversées suite à l’expiration de son bail, il a eu des difficultés pour évoluer à son vrai niveau avec l’Atletico Madrid. De plus, l’entraineur Diego Simeone ne lui a pas montré une confiance absolue, alors qu’il avait fait des pieds et des mains pour le faire signer.

Martins n’a fait que 12 matches avec les Espagnols, et la plupart du temps en tant que remplaçant. Et de ce qu’il a montré avec le maillot rouge et blanc sur le dos, il n’y a rien qui justifiait les 100M€ que le Sporting demandait comme compensation pour ses services.

Un nouveau départ était inévitable pour celui qui rêvait de suivre les pas de Luis Figo et de Cristiano Ronaldo, les autres anciennes gloires du Sporting. Et il a pu l’expérimenter à Monaco.

Gelson Martins se voyait imiter les deux Ballons d’Or portugais, mais dans le jeu il s’inspirait d’autres icônes. Il faut, en effet, traverser l’Atlantique pour retrouver le footballeur qui le faisait rêver : “Je voyais Robinho à la TV et j’ai essayé de le copier sur tout ce qu’il faisait, a déclaré Martins dans un entretien au site de la fédération portugaise. J’étais aussi rapide que lui, et je prétendais que j’étais lui lorsque je jouais dans les rues”.

Gelson s’est révélé être digne de son idole brésilienne, à travers ses qualités de percussion, de dribble et de joueur qui aime provoquer. Toutes ces qualités, conjuguées au fait qu’il est aussi très agile et très rapide le rendent insaisissable pour les défenseurs qui l’affrontent. À fortiori lorsqu’il est au meilleur de sa forme.

Gelson Martins GFX

Même celui qui est considéré comme ultra-conservateur en tant qu’entraineur, Fernando Santos, n’a pu que succomber à son charme. Alors qu’il est habituellement réticent quand il s’agit de faire confiance aux jeunes, l’actuel sélectionneur portugais l’a intégré très vite à l’équipe première du Sporting. Trois ans se sont écoulés depuis et Martins aurait pu peut-être rester plus longtemps avec son club formateur, s’il n’y avait pas eu cette attaque de la part des supporters dont il a été victime au centre d’entrainement en fin de saison dernière.

Le transfert à l’Atletico n’a pas été une réussite, et c’est donc Monaco qui en a profité. Sur le Rocher, le milieu offensif lusitanien a très vite pris ses marques, et a affiché un vrai désir de se distinguer et montrer ce dont il était capable.

“Je connaissais le club et certains joueurs qui y évoluaient et cela m’a aidé dans mon intégration, a-t-il confié. Et la situation dans laquelle se trouvait le club a été un surplus de motivation pour moi. J’arrivais avec l’envie d’aider l’équipe à s’en sortir, et j’espère que lors des prochains matches on va pouvoir s’extirper de notre position”.

Il y a peu de chances pour que Monaco retombe dans ses travers si son nouvel homme fort, qui a retrouvé à Louis II ses compatriotes Rony Lopes et Adrien Silva, continue sur sa lancée et avec la même efficacité que lors de ses premiers matches.

La seule inquiétude que peut se faire l’ASM c’est de se demander s’il va pouvoir garder son prolifique élément l’été prochain. Il y a eu des rumeurs concernant l’existence d’une clause de rachat, mais l’intéressé les a démenties et chaque bonne sortie qu’il fait accoit un peu plus sa valeur marchande personnelle.

Cela étant, vu la position où elle se trouve, l’AS Monaco est bien contente, malgré tout, d’avoir ce problème-là à gérer.

Lien Officiel Source – Lire l’article complet

vous pourriez aussi aimer

Les commentaires sont fermés.

nunc mattis ipsum Praesent elit. elementum