Pogba, rythme, sourire… Comment Solskjaer a transformé Manchester – Ligue des champions

35

A un mois tout pile du match aller contre le PSG, focus sur le nouveau Man. United à la sauce norvégienne.

Le PSG en balade face à Manchester United ? C’est ce que certains ont imaginé lors du tirage au sort des 8es de finale de la Ligue des champions, en décembre dernier. Sauf que la vérité de décembre n’est pas celle de février et mars… Les Parisiens ont payé pour le voir l’année passée face au Real Madrid. Bis repetita avec les Red Devils ? En tout cas, «Manchester a beaucoup changé» depuis la nomination d’Ole Gunnar Solskjaer, le 17 décembre dernier, comme le souligne Marco Verratti depuis Doha. «Avec le nouveau coach, ils sont dans un bon moment», poursuit l’Italien. Et pour cause : alors qu’ils restaient sur une victoire en cinq sorties, avec une qualité de jeu très moyenne et des résultats en dents de scie depuis le début de la saison, les Mancuniens revivent sous les ordres de l’ancien «super sub» de Sir Alex Ferguson. Six matches, six victoires, 17 buts inscrits et seulement trois encaissés. «C’est toujours comme ça quand tu changes le coach, relève Eric Maxim Choupo-Moting. Il y a un nouvel esprit et tout le monde veut se montrer.»  

Un Pogba tout neuf

Tout le monde, et Paul Pogba en particulier. Car le principal bénéficiaire du départ de José Mourinho, c’est bien la Pioche. Transfiguré. Libéré. Délivré. A l’image de sa prestation époustouflante dimanche dernier, lors de la victoire de Manchester United à Wembley, face à Tottenham (0-1). Le premier vrai test pour les vice-champions d’Angleterre, après des succès face à des équipes de moindre importance (Cardiff, Huddersfield, Bournemouth, Newcastle en championnat d’Angleterre et Reading en FA Cup).

Directement impliqué sur huit des 17 buts mancuniens depuis l’arrivée de Solskjaer, l’international tricolore de 25 ans savoure : «Avant son arrivée, j’étais dans l’ombre, sur le banc, et j’acceptais. C’est un plaisir de jouer à nouveau. Maintenant, j’ai tout le temps le sourire.» Et d’ajouter, au sujet du technicien norvégien : «En tant qu’ancien joueur, il connait la philosophie du club. Il est revenu pour nous aider et il le fait très bien.» Rappelons que son frère, le Tourangeau Mathias Pogba, a récemment mis les choses au clair sur Mourinho dans Le Vestiaire, sur RMC Sport : «Sa renaissance est due au départ de Mourinho. Basta.»

Avec Solskjaer, MU retrouve son ADN sur le terrain

Au-delà du cas Pogba, Ole Gunnar Solskjaer a su redonner un souffle nouveau à cette équipe en revenant à ce qui a toujours fait sa force. «C’est le vrai Manchester United», souligne David De Gea, par ailleurs exceptionnel face aux Spurs dimanche (11 arrêts). Et le «vrai Manchester United», c’est du «football offensif et la volonté d’aller de l’avant», ainsi que le résume l’ex-international norvégien (67 sél., 23 buts). «Pas de stupides passes latérales ou vers l’arrière», ajoute-t-il, en forme de tacle déguisé à son prédécesseur.

Lequel Solskjaer entend visiblement profiter de la vitesse de ses offensifs pour briller, à l’image du trio Martial/Lingard/Rashford aligné dimanche à Wembley. En attendant le retour d’Alexis Sanchez. «La vitesse, c’est la base de toutes les équipes, relève l’ex-Mancunien Phil Neville sur Sky Sports. Regardez Manchester City avec Rasheem Sterling et Leroy Sane ou Liverpool, avec Sadio Mané et Mohammed Salah… Chaque équipe a des joueurs comme ça, et avec des éléments comme Juan Mata, Romelu Lukaku et Marouane Fellaini, c’était trop lent.» «On est très organisé, on veut attaquer et courir, note Jesse Lingard. Les milieux vont de l’avant aussi et on met la pression sur l’adversaire. Ça marche et on doit continuer.» 

Solskjaer la joue comme Ferguson

Changement tactique, de philosophie, mais aussi de management. Comme le décrit la presse locale, Ole Gunnar Solskjaer a ramené le sourire à Carrington. En responsabilisant les joueurs, en étant à leur écoute. «Son management des hommes est proche de celui de Sir Alex», rapporte une source proche du vestiaire dans le Manchester Evening News. Une comparaison qui vaut son pesant d’or du côté d’Old Trafford. Et Manchester n’a plus grand-chose à voir avec l’équipe du tirage au sort. Ce n’est pas pour autant que le challenge est insurmontable pour le Paris Saint-Germain. D’autant que les Red Devils ne sont pas toujours très rassurants derrière, malgré ce que disent les chiffres et leurs trois «clean sheets» consécutifs… Une chose est sûre : le MU de Solskjaer représente une vraie menace. A prendre au sérieux.  

Le calendrier de Manchester United jusqu’au 8e retour en C1 :
19 janvier : Manchester United-Brighton (Premier League)
25 janvier : Arsenal-Manchester United (FA Cup)
29 janvier : Manchester United-Burnley (Premier League)
3 février : Leicester-Manchester United (Premier League)
9 février : Fulham-Manchester United (Premier League)
12 février : Manchester United-PSG (Ligue des champions)
24 février : Manchester United-Liverpool (Premier League)
27 février : Crystal Palace-Manchester United (Premier League)
2 mars : Manchester United-Southampton (Premier League)
6 mars : PSG-Manchester United (Ligue des champions)

En cas de qualification, MU pourrait devoir disputer les 8es de finale de FA Cup le 16 février.



Lien Officiel Source – Lire l’article complet

vous pourriez aussi aimer

Les commentaires sont fermés.

diam vel, ut quis neque. sem, velit, leo. ante.