A place where you need to follow for what happening in world cup

Thierry Henry (Monaco) : « On fait le tri » – Foot – Ligue 1

38


Foot


Ligue 1


Monaco

Publié le
| Mis à jour le

En conférence de presse ce jeudi, Thierry Henry, l’entraîneur de Monaco, qui se déplace à Dijon vendredi (20h45) pour le compte de la 22e journée de Ligue 1, a annoncé qu’il avait décidé de resserrer son groupe, dans l’optique du maintien.

Football - Football - Thierry Henry en conférence de presse. (/) A. Réau L'Équipe

Thierry Henry en conférence de presse. (/) A. Réau L’Équipe

« La réunion, que vous avez eue mardi soir après l’élimination en 16es de finale de la Coupe de France contre Metz (L 2, 1-3), a-t-elle eu des effets ?
Il faut voir. Il n’y avait pas trop de monde à l’entraînement, hier (mercredi). On va voir, aujourd’hui (jeudi). Il faut surtout voir la réaction à Dijon. On est dans une situation critique, malheureusement, ça n’a pas changé. On a resserré le groupe. Un moment donné, il faut des mecs qui ont envie de sauver le club, qui ne pensent pas à leur gueule. On fait le tri. On part en guerre.

Quels sont les joueurs écartés ?
Vous allez voir l’équipe. Il y a trop de noms.

L’enchaînement des deux matches, Dijon puis Guingamp (le 29 janvier, en demi-finales de la Coupe de la Ligue), va-t-elle déterminer votre fin de saison ?
J’espère que non. C’est un match super important. Il y aura encore beaucoup de matches après, mais ça peut être un tournant. Si on avait battu Nice (1-1, le 16 janvier) ou Strasbourg (1-5, le 19 janvier), voire les deux, on serait sorti de la zone rouge. Il faut battre Dijon et enchaîner contre Guingamp. C’est une semaine plus qu’importante.

Avez-vous vu une évolution depuis votre arrivée ?
Il fallait mettre beaucoup de choses sur pied, que vous n’avez pas vues et dont je n’ai pas voulu parler. J’ai changé beaucoup de choses dans le vestiaire. Il fallait gagner contre Caen et Amiens. Sinon, on aurait 12 points de retard. Il y a eu problème mental après la défaite contre Strasbourg. Mais, malgré les mauvais résultats, on est toujours en vie. Dijon est à 2 points devant nous, les autres à 3… Le plus important est de sauver le club.

À l’image de Youri Tielemans, on a du mal à avoir une visibilité sur la forme de vos joueurs ?C’est difficile à comprendre car Youri avait commencé à remonter la pente. Il n’y a pas vraiment de suivi.

« Ça va être la guerre »

Allez-vous changer de système de jeu ?
Non, pas du tout. On va rester sur la même chose avec les nouveaux joueurs. J’espère profiter de cette nouvelle équipe après le mercato. On a essayé de faire une liste, de cibler les joueurs. Mais ce n’est pas facile de trouver des joueurs aptes de suite.

Espérez-vous un attaquant ?
J’espère bien, mais il n’y a pas d’évolution sur celui qui pourrait arriver.

Comment réagissez-vous aux rumeurs sur votre départ ?
Mon futur, ce n’est pas un problème.

Que pensez-vous de cette équipe de Dijon ?
Avant, il y avait un entraîneur (Olivier Dall’Oglio) qui essayait de jouer au sol, en partant de derrière. Sur les derniers matches (avec Antoine Kombouaré), c’est plus direct, avec Julio Tavares devant. Ça va être la guerre. »



Lien Officiel Source – Lire l’article complet

vous pourriez aussi aimer
non id, ipsum dictum dolor libero. facilisis