A place where you need to follow for what happening in world cup

Kehrer, Meunier, Alves : la guerre des trois – Ligue 1

36

Thomas Tuchel n’a que l’embarras du choix au poste d’arrière droit, avec, à terme, trois joueurs en balance.

Abondance de biens ne nuit pas. S’il doit régulièrement bricoler au milieu de terrain, Thomas Tuchel dispose de trois éléments pour occuper le poste d’arrière droit. Une concurrence bienvenue pour mettre tout le monde sur le grill en permanence et en tirer le meilleur, du point de vue du technicien allemand. Pourtant, il n’a commencé la saison qu’avec un seul joueur confirmé valide, Thomas Meunier. Le jeune (20 ans) Colin Dagba a bien été essayé à l’entame de l’exercice (4 matches), mais il a rapidement rejoint Dani Alves à l’infirmerie. Lequel Dani Alves s’est blessé au genou lors de la finale de la Coupe de France au printemps, le privant au passage de la Coupe du monde 2019 avec la Seleçao, pour ne revenir aux affaires que fin novembre.

» LIRE AUSSIPSG : Ben Arfa et le 11 des flops de l’ère QSI
» LIRE AUSSITuchel sur Neymar : «Une situation horrible»
» LIRE AUSSIThiago Silva : «Ben Arfa ? Des qualités extraordinaires»

Sauf qu’entre-temps, coach Tuchel s’est aussi découvert une autre option en la personne de Thilo Kehrer. La polyvalence du jeune (22 ans) international allemand (4 sél.) avait largement été louée à son arrivée cet été, en provenance de Schalke 04 (37 M€). Mais on imaginait plutôt ce rugueux défenseur central monter d’un cran au milieu, à l’image de Marquinhos. Or, sans être très doué techniquement, sans avoir un «background» d’attaquant, comme Meunier, le natif de Tübingen a convaincu son compatriote de coach qu’on peut aussi compter sur lui à droite. Même en Ligue des champions ! Et c’est d’ailleurs lui qui a débuté à droite à Naples (2-2), contre Liverpool (2-1) et à Belgrade (4-1). Certes, Kehrer a tendance à se montrer quelque peu dangereux en termes de penalties offerts à l’adversaire… Déjà quatre en Ligue 1. Mais il n’a pas volé son temps de jeu. Dans l’axe, à droite. Une aubaine pour lui, sachant que les places sont chères dans le cœur de la défense, entre l’intouchable Thiago Silva, le non moins indispensable Marquinhos et un Presnel Kimpembe inégal depuis la Russie.

Kehrer en pole devant Meunier et Alves ?

D’ailleurs, depuis le début de l’année, c’est bien Kehrer qui est le plus régulièrement aligné à droite. Et ce alors que Tuchel répète à l’envi que «ce n’est pas le moment pour faire des tests.» Faut-il donc en conclure que le numéro 1, devant Meunier et Alves, c’est désormais Kehrer ? «Je ne sais pas s’il y a une hiérarchie établie. Juan Bernat, Marquinhos, Thiago Silva et Thilo Kehrer ont joué ensemble dernièrement et ont été très fiables, souligne Tuchel. J’ai confiance en eux. Mais Thomas Meunier a fait beaucoup de bons matches pour nous. Il a un impact positif offensivement pour l’équipe. Ce sont des joueurs différents, donc c’est dur de dire si Thilo ou Thomas est n° 1 ou 2… On doit décider ce qu’on veut dans le jeu.» En résumé, pour partir à l’abordage, le Diable Rouge reste l’option à privilégier. Pour garantir une stabilité défensive, mieux vaut miser sur le joueur de la Mannschaft… Il est vrai que Meunier n’offre pas les garanties de son jeune coéquipier sur le plan défensif, à l’image de son match face à Guingamp en Coupe de la Ligue (défaite 1-2).

Pourquoi Thomas Tuchel omet-il de parler de Dani Alves ? En fait, il n’a pas oublié le vétéran brésilien. Bien au contraire. «Dani Alves est actuellement numéro 1 au milieu (sourire). Donc il n’est pas concerné par le poste d’arrière droit en ce moment (sourire)», lâche le technicien de 44 ans. Et pour cause, en attendant Leandro Paredes et peut-être un autre renfort dans l’entrejeu, il n’a pas trop le choix… D’autant que Marco Verratti est à l’infirmerie. C’est donc Dani Alves qui s’y colle. Julian Draxler aussi. Pour l’instant, avec une certaine réussite. Mais l’opposition rencontrée ces dernières semaines n’est pas franchement comparable au niveau Ligue des champions… «On n’a personne au milieu, poursuit Tuchel. Il (Alves) jouera au milieu demain (ce dimanche contre Rennes, 21h). Il peut jouer dans les buts, 9 ou 10, c’est pareil : il jouera toujours avec qualité. Tout ce qu’il y a à faire, c’est le prévenir deux heures avant (sourire). C’est facile.» Reste à savoir si Alves, à 35 ans, représente toujours une vraie alternative à droite aux yeux de Tuchel. A voir quand le milieu sera plus garni.

«Je vais bientôt montrer pourquoi le PSG m’a engagé»

Thilo Kehrer

Nul doute que Kehrer ne demande pas non plus son reste quand on appelle son nom pour jouer à droite. «Je suis encore jeune et ce n’est pas le moment de se fixer à une position, assurait-il en septembre, dans Le Parisien. Je suis disponible pour tous les postes en défense et au milieu aussi. Le plus important ? Jouer et progresser. Je veux devenir meilleur que ce que je suis.» Et d’ajouter : «Je vais bientôt montrer pourquoi le PSG m’a engagé». On commence à voir…



Lien Officiel Source – Lire l’article complet

vous pourriez aussi aimer
ipsum Aenean Praesent ut massa efficitur. elit. sit